Dans le cadre du plan de gestion de l’Arrêté Préfectoral de Protection de Biotope (APPB) du Mont-Cenis et du vallon de Savine en Savoie, le Parc national de la Vanoise vient d’installer des panneaux d’information et d’interprétation sur la flore exceptionnelle de ce site.

Ce dernier fait figure de haut-lieu d’exploration botanique dès le 18e siècle. Il est même à l’origine de la première publication en 1785 de La Flora Pedemontana (flore des montagnes) du botaniste turinois Carlo Allioni. Le lieu a donné son nom à des espèces montagnardes, comme la pédiculaire du Mont-Cenis ou la pensée du Mont-Cenis. Cette signalitique pédagogique se dresse à l’extrémité ouest du barrage du Mont-Cenis, sur la commune de Lanslebourg, et au niveau du parking du refuge du Petit-Mont-Cenis, à Bramans. Le public peut désormais découvrir, en français et en italien, les particularités de la flore locale, notamment les espèces dites artico-alpines, qui se sont réfugiées dans les Alpes à la fin de la dernière grande glaciation, il y a 10 à 12 500 ans. A ne pas rater parmi les plantes rares représentées, la Saponaire jaune, qui a trouvé au Mont-Cenis le seul endroit en France où s’épanouir !

Outre le Parc national de la Vanoise, gestionnaire du site, la Préfecture de Savoie et les communes de Bramans et de Lanslebourg, d’autres partenaires, membres du Comité de gestion du site, ont accompagné le projet, comme la Direction départementale des territoires (DDT), les communes italiennes limitrophes, l’Office national de la chasse et de la faune sauvage, des représentants des activités agricoles et piscicoles, ainsi que RTE. La filiale du groupe EDF est le financeur de l’opération dans le cadre de mesures compensatoires, suite aux travaux de sécurisation de la ligne à haute tension qui traverse le plateau.

©

 

- Advertisement -