En décembre dernier, ADN Skis, fondé il y a quatre ans par la jeune haut-savoyarde Camille Lambert, remportait le premier concours dédié aux startups du MET à Courchevel. Cette jeune pousse a séduit le jury de cet événement découvreur de talents pour la montagne avec son projet de skis 100% recyclables. Grâce à la dotation, ADN Skis a pu faire fabriquer des prototypes, testés avec succès par des moniteurs de ski de la station savoyarde. Retour sur cette aventure qui ne fait que commencer avec la jeune entrepreneuse de 27 ans, soucieuse d’apporter sa pierre à la réduction des déchets de la filière glisse.

Quand avez-vous créé ADN Skis et pourquoi ?
Camille Lambert : J’ai créé ADN Skis en 2018 quand j’étais étudiante à Grenoble Ecole de Management dont je suis sortie en août dernier. Originaire d’un petit village de montagne du côté de Thonon-les-Bains, j’ai commencé le ski à deux ou trois ans. En grandissant ma passion pour la glisse et la montagne ne m’a pas quittée. A l’adolescence, j’ai commencé à m’intéresser aux questions liées à l’environnement. C’est comme ça que j’ai appris que les skis ne se recyclaient pas ou très difficilement en raison de leur structure composite. En école de commerce, on développe le sens de l’entrepreneuriat à travers des projets. Le mien a été de développer un ski recyclable. Après un brainstorming avec mon entourage, j’ai choisi de nommer mon projet ADN pour Adaptable, Durable et Novateur et me suis lancée à fond dans la recherche et le développement.

Vous n’avez pas de formation scientifique. Est-ce que cela a été un handicap pour votre projet ?
Camille Lambert : Effectivement, j’ai un profil commercial, mais j’ai effectué la R&D de A à Z en m’entourant et échangeant avec les bonnes personnes, chez Arkéma par exemple (groupe chimique spécialisé dans les matériaux de performance) ou encore avec des ingénieurs de l’Institut des Arts et Métiers de Chambéry. Au bout de deux ans, je me suis aussi associée avec Aurèle Durand, docteur en physique des matériaux, ainsi qu’avec Héloïse Delbos et Pauline Dutel, designers produit qui étaient en double diplôme à GEM. On se complète parfaitement, et c’est ce qui fait la force du projet, intégré à l’incubateur de GEM en décembre 2019. Nous sommes aussi en mentorat avec un artisan qui s’appelle Romain Maniglier, fondateur des skis fait main et en bois Amon Dava. En mai 2021, notre premier prototype de ski recyclable a été fabriqué dans le laboratoire des Arts et Métiers de Savoie Technolac.

Camille Lambert (à droite) avec ses associés : Aurèle Durand, Pauline Dutel et Héloise Delbos © Mathis Decroux

En décembre dernier, vous avez été lauréat de la première édition du concours de startups du Montagne Écologie Technologie (MET) de Courchevel. Quels bénéfices en avez-vous retiré de ce prix ?
Camille Lambert : Au-delà des 30 000 euros de dotation qui nous ont permis de faire fabriquer plusieurs prototypes chez Aluflex en Haute-Savoie, nous avons bénéficié d’une belle visibilité, mais aussi d’un accompagnement complet de Courchevel. Ainsi, le 12 mars dernier, nous avons pu organiser dans la station une journée de tests de nos trois prototypes de skis (piste, polyvalent et freeride) par des moniteurs. Ils ont été assez bluffés par ces skis et notamment notre modèle alpin dont bien sûr nous ne pouvons pas révéler encore la composition tant que nous n’avons pas déposé de brevet. Leurs retours constructifs vont nous permettre de les améliorer pour qu’ils soient top quand nous lancerons la marque.

Les moniteurs ont testé les prototypes d’ADN Skis et les ont validés ! ©Mathis Decroux

Justement, quel est le calendrier d’ici à la mise sur le marché de vos skis 100% recyclables ?
Camille Lambert : Nous continuons les tests jusqu’à la fin mars, aux Gets notamment le 26. Puis ensuite, un peu de repos parce ces trois dernières années, nous avons beaucoup donné ! Mais ensuite, le plus gros du travail commence, c’est à dire l’industrialisation et le déploiement commercial, tout en continuant la R&D, toujours très bien entourés par de grandes entreprises partenaires, comme HP France où je travaille par ailleurs, ou SKISET, car nous ciblons les magasins de location. Avec des parcs de matériels à renouveler régulièrement, ils sont demandeurs de skis recyclables pour réduire l’empreinte environnementale de leur activité. Nous planchons également à une levée de fonds d’ici à l’année prochaine, avec Xavier Court, cofondateur de Veepee (ex-vente-privée.com) et Grégory Trébaol, pdg fondateur d’Easy Bike (Matra, Solex). Notre objectif est de commercialiser nos premiers modèles pour l’hiver 2023-2024.

Propos recueillis par Sophie Chanaron

Une 2e édition pour le concours de startup du MET
Face à l’engouement pour son concours de startup mixant technologie et écologie au profit de la montagne, la station de Courchevel lancera bien une seconde édition en décembre dernier lors du MET les 11 et 12 décembre 2022. « Nous voulons faire émerger des pépites créatives et engagées pour inventer la montagne de demain », explique Stéphane Théodorides, son organisateur. Les inscriptions seront ouvertes à compter du mois de mai prochain sur un site dédié. En attendant, infos sont à retrouver sur met21.fr.

ADN Skis a comme partenaire HP dont le PDG Arnaud Lépinois (PDG HP) et la directrice générale Aurélie Guillemette sont venus eux aussi tester ces skis 100 recyclables ©Mathis Decroux
- Advertisement -