L’eau thermale de Saint-Gervais Mont-Blanc soigne depuis plus de deux siècles les affections de la peau et des voies respiratoires. Combinée à l’expertise des soignants et au climat montagnard, cette eau 100 % naturelle soulage en effet otites, sinusites, asthme ou encore acouphènes. Rencontre avec le Dr François Jouanin, l’un des deux médecins ORL des Thermes de Saint-Gervais.

Actumontagne : Quel est le principe actif numéro un de l’eau thermale de Saint-Gervais ?
Dr Jouanin : Son principe essentiel est le soufre qui a un effet trophique (renouvellement cellulaire), un effet revitalisant sur les muqueuses et un effet anti-allergique. Nous associons les propriétés de l’eau soufrée et salée du Mont-Blanc à une véritable « karcherisation » -lavage à grande eau- des muqueuses. À la clé, les voies respiratoires sont nettoyées en profondeur, apaisées et décongestionnées.

Actumontagne : Il y a 108 soins dans une cure thermale conventionnée voies respiratoires ! Quels sont les principaux ?
Dr Jouanin : Tout d’abord ceux qui lavent : douches nasales, pulvérisation et douche dans la gorge. D’autre part, ceux qui déposent de l’eau soufrée en particules plus fines sur les muqueuses, par l’intermédiaire d’aérosols. Nos protocoles sont très anciens et agréés par la Sécurité sociale. Pendant trois semaines, les curistes suivent un parcours avec des traitements communs à tous et des traitements spéciaux en fonction de leur(s) pathologie(s).

Les deux médecins ORL des Thermes de Saint-Gervais-Mont-Blanc, le Dr Bigot et le Dr Jouanin (ce dernier à droite) © Pascal Deloche / Godong.

Actumontagne : Par exemple ?
Dr Jouanin : De la kinésithérapie dans les cas de bronchopathies chroniques obstructives que nous traitons et qui comprennent l’asthme mais aussi, l’emphysème et les bronchites chroniques. La cure est souvent l’occasion d’un sevrage du tabagisme. Ou bien une insufflation tubaire pour les personnes souffrant d’infections récidivantes. Ce dernier soin effectué par un médecin est remarquablement efficace dans les cas d’otites. Il consiste à faire pénétrer de la vapeur d’eau thermale soufrée jusque dans l’oreille moyenne, c’est à dire la caisse du tympan, au moyen d’une sonde glissée dans la narine. Il s’agit d’un geste très technique. Il ne se pratique d’ailleurs pas dans toutes les stations thermales et chez les enfants à partir de 3 ans.

Actumontagne : Quid des bénéfices d’une mini-cure ?
Dr Jouanin : Les thermes dispensent effectivement des cures courtes, dites libres, et non remboursées par la Sécurité sociale. Une cure thermale est préventive, curative mais aussi éducative. Donc si pendant huit jours, nous apprenons déjà à un patient à se laver correctement le nez, il en ressent rapidement les bénéfices. De retour chez lui, il va continuer à bien le faire. La cure courte nous permet de montrer tout l’intérêt thérapeutique de notre cure conventionnée. Sa prescription par des médecins spécialistes (ORL et pneumologues) est d’ailleurs une reconnaissance des bienfaits de notre médecine naturelle qui permet de réduire les traitements médicamenteux de façon durable.

Actumontagne : Avez-vous réalisé des études qui l’attestent ?
Dr Jouanin : Des stations thermales en ont fait. C’est d’ailleurs pour cela que la Sécurité sociale continue à rembourser les cures. Avec mon confrère, le Dr Bigot, nous allons engager une étude propre à notre station thermale, avec l’appui et l’expertise des équipes scientifiques de L’Oréal, ainsi que le soutien des plusieurs professeurs, dont le Pr Schmerber du CHU de Grenoble. Jusqu’ici nous n’avions ni le temps, ni les moyens.

Propos recueillis par Sophie Chanaron

Double orientation
Les Thermes de Saint-Gervais-Mont-Blanc sont spécialisées dans le traitement des pathologies de la peau et des voies respiratoires depuis 1807. Deux affections souvent liées. Un patient peut ainsi bénéficier d’une cure thermale avec double orientation dermatologie/voies respiratoires pour traiter par exemple des problèmes d’eczéma atopique et d’asthme.

Photo de Une © Pascal Deloche