Pour sa 31e édition du 25 juillet au 14 août, le Festival baroque de Tarentaise frappe fort ! Resserrant encore ses liens avec les territoires, il étoffe sa programmation, qui offre non plus 14, mais 20 dates et 18 lieux de concert, dont en nouveauté, la jolie église baroque de la Sainte-Trinité sur les hauteurs du village de Peisey-Nancroix. Placée sur le thème des passages, cette édition 2022 jette aussi des ponts vers les musiques actuelles avec trois concerts dits crossover, où la musique ancienne va dialoguer avec celles de Björk ou d’Astor Piazolla ! À coup sûr, deux grands moments sonores, loin des sentiers battus, l’une des marques de fabrique du festival savoyard, également très impliqué dans la transmission entre artistes chevronnés et jeunes talents.

Signature de la convention de mutualisation entre le Festival baroque de Tarentaise, le Centre culturel de Rencontre d’Ambronay et la Communauté de communes Cœur de Tarentaise

L’événement porté par Elise Tatin, le directeur artistique Jean-Luc Hyvoz et une poignée de bénévoles très investis, vient ainsi de signer une convention avec la Communauté de communes Cœur de Tarentaise et le Centre Culturel de Rencontre d’Ambronay dans l’Ain. L’organisateur du célèbre festival de musique baroque éponyme est le promoteur en France du dispositif européen de soutien aux jeunes ensembles de musiques anciennes EEEmerging+. Ainsi, ce partenariat tripartite permet de mutualiser les forces et les coûts de l’accueil en résidence à Moûtiers ce début mai, de La Palatine. Pendant trois jours, outre une médiation auprès des élèves de la Cité des Arcs, les musiciens de ce jeune quatuor va travailler le programme de sonates allemandes qu’ils donneront en première mondiale en trio le 27 juillet en l’église de Doucy. Ils jouent en avant-première ce 5 mai à Notre-Dame-de-la-Vie en Vallée des Belleville, joyau de l’art baroque.

Autre ensemble présent l’été prochain au festival, bénéficiant d’EEEmerging+, Into the Wind, une formation de musiciens fondée en 2017dont l’instrumentarium est très riche. Il va consacrer un programme ambitieux à la période troublée de la fin de règne de Charles VI (1368-1422), surnommé le roi fou (le 10 août à Beaufort et le 11 août à Val d’Isère).

Des concerts mais pas que !

Le Festival baroque de Tarentaise est bien plus qu’un enchaînement de concerts ! Il propos des visites de villages et d’édifices baroques en partenariat avec la Fondation Facim, un concert-promenade avec l’ensemble InAlto au village du Monal à Sainte-Foy-Tarentaise, des conférences historiques en lien avec la période médiévale, un partenariat avec les cinémas de la région à l’occasion des 40 ans du film La Trace de Bernard Favre, enfant du pays. Ce film, co-scénarisé par Bertrand Tavernier, et tourné en Savoie, fait écho au thème Passages de cette 31e édition. Il raconte l’histoire d’un colporteur, joué par Richard Berry, à l’heure où la Savoie devient française (1860).

Enfin, parmi les originalités du festival depuis l’an dernier, le mariage de la musique et la gastronomie, avec un dîner-concert à La Bouitte***, à Saint-Martin-de-Belleville, dont les chefs René et Maxime Meilleur aiment passionnément la musique baroque. Rendez-vous pour les mélomanes épicuriens le 28 juillet pour une partition à six mains et une voix, avec les deux chefs, Jean-Marc-Marc Aymes au clavecin et la soprano Maria Cristina Kiehr.

Prix des places de 10 à 35 € Gratuit jusqu’à 16 ans Abonnements pour 3, 5 ou 8 concerts. Billetterie en ligne à partir du 20 mai

Photo de Une : Fabienne Blanc-Tailleur, VP CC Cœur de Tarentaise, Jean-Luc Hyvoz, directeur artistique du Festival baroque de Tarentaise, Fabrice Pannekoucke, président de la CCCT et Renaud Berreti, VP du Département de la Savoie

- Advertisement -