Une pirogue du Haut-Moyen Age d’une tonne découverte dans le lac du Bourget, une ancienne télécabine de Courchevel et le bloc salle de bain en polyester dessiné par Charlotte Perriand pour une résidence des Arcs, voilà les trois pièces les plus volumineuses de la future exposition permanente que le Musée Savoisien à Chambéry, en rénovation depuis 2019 (28M€), a accueillies ce matin. Une opération délicate qui a nécessité l’intervention d’un camion-grue et d’une nacelle télescopique, mais surtout le percement provisoire de la façade au deuxième étage côté square Lannoy de Bissy ! En effet, aucune porte ni fenêtre du bâtiment ne permettait de les faire entrer dans leur nouveau lieu de résidence. Une quinzaine de prestataires spécialisés ont participé à cette livraison exceptionnelle.

Bien à l’abri dans son sarcophage de transport, la pirogue en route pour son nouveau lieu de résidence permanente dans la partie Pouvoir et territoire de la future exposition. La vitrine qui la protégera comprend un système de contrôle de la température et de l’hygrométrie ©Département de la Savoie

Pour rappel, la pirogue carolingienne en bois datant de 680 à 940 après J-C a été découverte en 1989 par des plongeurs amateurs. Pour sa conservation, elle y est restée jusqu’en 2017, avant d’être acheminé au laboratoire ARC-Nucléart au CEA de Grenoble, le seul en Europe capable de traiter un vestige en bois de cette dimension. Ses équipes ont nettoyée, imprégné de résine, séché par lyophilisation et restauré cette embarcation qui sera l’un des clous du nouveau parcours muséographique permanent.

Un « œuf » de la télécabine a Forêt de Courchevel. Le Praz, fabriqué par Poma, a transporté les skieurs entre 1970 et 2014. La société des 3Vallées l’a donnée au Département © Département de la Savoie
Le double bloc salle de bain imaginé par Charlotte Perriand pour l’immeuble des
Lauzières à Arc 1800 a été racheté par le Département de la Savoie. Cette pièce rejoint la partie de l’exposition consacrée à l’habitat ©Département Savoie

Le musée doit rouvrir au printemps 2023 avec plus de 2000 m² d’espaces ouverts au public comprenant de nombreux dispositifs interactifs mais aussi une importante médiation humaine pour appréhender l’histoire de la Savoie, du paléolithique à nos jours.

la pirogue carolingienne dans son sarcophage
La pirogue carolingienne, l’objet le plus volumineux et l’un des plus rares de la future exposition permanente, restaurée par le laboratoire ARC-Nucléart au CEA de Grenoble, d’où elle arrivait ce matin ©Actumontagne
- Advertisement -