La première banque des Savoie s’est mise en ordre de bataille pour soutenir ses clients et l’économie du territoire. Dans une conférence de presse audio, Eric Vial, le président du Crédit agricole des Savoie (CADS) et son directeur général, Laurent Bennet, ont détaillé les mesures prises dès le 16 mars pour passer ce cap difficile, guidées par les valeurs du mutualisme : proximité, responsabilité et solidarité.

Tout en assurant la protection de ses collaborateurs, la caisse régionale de la banque verte continue de servir ses clients pour tous leurs besoins bancaires en les encourageant à faire le maximum d’opérations à distance. Quelques petits points de vente ont été fermés. Il y a aussi eu des regroupements d’équipes pour assurer la continuité de service, maintenir l’accueil et accompagner les clients bénéficiaires des mesures spécifiques mises en place. Ainsi, ils peuvent reporter jusqu’à six mois leurs remboursements de crédits sans coûts additionnels (hors intérêts dus). Les procédures pour les situations les plus urgentes sont accélérées (moins de 5 jours). Pour les clients assurés au CADS, les modalités de prise en charge des demandes d’indemnités sont également accélérées. « En une semaine, il y a eu plus de 3000 demandes de report d’échéances », constate le directeur général du CADS, confirmant le ralentissement brutal de l’activité, notamment dans les zones touristiques, et donc dans les stations de montagne.

Le montant des paiements de porteurs de carte est en recul de 30% et les paiements chez les commerçants de 75%. « L’activité en montagne a été très lourdement impactée car stoppée très tôt, dès le 15 mars ». L’observatoire Savoie Mont-Blanc évoque un manque à gagner de 800M€ faute d’avoir pu finir la saison d’hiver.

Les stations à l’arrêt depuis le 15 mars, soit un mois et demi avant l’heure pour certaines

Les agriculteurs sont eux aussi très touchés, leurs productions étant particulièrement dépendantes de l’activité touristique. « Les situations sont contrastées, mais certains producteurs laitiers ont vu leurs ventes baisser de 30 à 40% », indique Eric Vial. En effet, certains distributeurs ont réduit sensiblement leurs commandes de produits sous labels AOP et IGP, considérant qu’ils ne sont pas de première nécessité. Or l’agriculture des Savoie a fait de ces appellations qualité sa marque de fabrique et elles génèrent plus de 4600 emplois directs (source Association des fromages de Savoie).

Le président Vial rappelle que le CADS est solide et qu’il peut répondre à cette crise prévue pour durer. « Notre mode de gestion à long terme et prudente, dont on nous fait parfois le reproche, a permis à notre banque de se constituer un certain matelas. Nous sommes ainsi en capacité d’agir sans délai pour accompagner les Savoyards et les entreprises ».

Affinage de meules de fromage Abondance

Le Crédit Agricole des Savoie va aussi accorder des prêts garantis par l’État dans le cadre de l’enveloppe de 300 milliards d’euros dédiée par le gouvernement. Des financements sans frais à un taux de 0,25% pour les PME et 0,50% pour les grandes. De l’argent « bon marché » sur lequel les banques ne margent pas, au secours de la trésorerie des entreprises.

Photo de Une (de gauche à droite) : Richard Laborie, directeur général adjoint, Laurent Bennet, directeur général, Eric Vial, président et Martial Schouller, directeur général adjoint

- Advertisement -