Tous les voyants semblent au vert pour la saison touristique estivale en Isère (qui pèse pour 41 % de l’activité annuelle, avec 8,9 millions de nuitées dont 3 millions en hébergements marchands, en 2019). En effet, à ce jour, 70 % des hébergeurs isérois jugent les réservations pour juillet et août « bonnes » voire « très bonnes », ce chiffre grimpant même à 92 % chez les gestionnaires de camping. L’optimisme est plus particulièrement de mise à la campagne. En montagne, si les réservations n’ont pas encore explosé, les centrales de réservation des stations affichent des taux de réservation en avance par rapport à 2020, et même par rapport aux autres années pour la location. Le baromètre ANMSM / Atout France / G2A montrait au 1er juin une avance de 6 points sur les taux d’occupation prévisionnels moyens pour l’été dans les stations de montagne (au niveau national), soit une hausse de +15 à +20 % par rapport à un été 2020 déjà exceptionnel.

Lacs « lapons » du plateau du Taillefer © Pierre Jayet

La location meublée devrait être l’une des grandes bénéficiaires de l’été 2021 (car considérée comme la plus propice à s’assurer une sécurité sanitaire) : la centrale de réservation des Gîtes de France Isère annonce un taux de réservation de 40 % en juin, 60 à 65 % en juillet-août, avec un pic à 85 % durant la première quinzaine d’août. Les réservations sont en avance par rapport aux années précédentes à la même date. Le retour des grands festivals musicaux (Jazz à Vienne et le festival Berlioz) et événements sportifs d’envergure (EuronordicWalk, TransVercors VTT, Trail des Passerelles du Monteynard), la remise en circulation prochaine du Petit train de la Mure et l’ouverture du musée Champollion un Vif, sans oublier la réouverture des commerces et restaurants, contribuent à cet espoir d’un bel été en Isère. 75 % des professionnels isérois se disent en effet confiants pour la saison estivale. Il faut dire que la tendance est plutôt bonne. Malgré une météo très défavorable en mai, la fréquentation pour les week-ends prolongés de l’Ascension et de la Pentecôte était bien au-dessus de celle de 2020 (+ 50%), bien qu’un peu inférieure à celle de 2019 (-11 %).

© Olivier Genty

La situation apparaît néanmoins plus tendue pour les professionnels en milieu urbain, pour les centres de vacances et les structures qui accueillent majoritairement une clientèle étrangère. En effet, si on constate une petite reprise de la part des Belges et Néerlandais, pour le moment la demande des Allemands et des Britanniques reste timide.

Photo de une © Olivier Genty

- Advertisement -