Berceau des champions Luc Alphand et Pierre Vaultier, Serre-Chevalier Vallée Briançon est une destination montagne qui coche de nombreuses cases : glisse, culture, bien-être, environnement, simplicité, convivialité… Déjà prisée des familles, la plus grande station des Alpes du Sud entend conserver et même amplifier ce positionnement « kids friendly », très convoité. Explications avec Gilles Vanheule, directeur de l’office de tourisme.

Actumontagne : Qu’est-ce qui caractérise la destination Serre-Chevalier Vallée Briançon ?
Gilles Vanheule
 : La force de ce territoire, c’est la complémentarité entre les trois villages et la ville de Briançon qui composent notre destination montagne. Ils ont chacun une typologie différente : Monêtier-les-Bains est le village authentique ; Villeneuve/La Salle-les-Alpes est sur un registre plutôt sportif et jeune, tandis que Saint-Chaffrey/Chantemerle s’affirme comme le village le plus familial des trois. Quant à Briançon, elle a la particularité d’être à la fois une ville ski au pied et une cité culturelle exceptionnelle, labellisée Ville d’Art & d’Histoire, dont les fortifications Vauban figurent sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

Famille participant au Grand Prix de Serre-Che©Zoom

Actumontagne : Quel est le dénominateur commun entre les quatre entités formant la station de Serre-Chevalier Vallée ?
GV
 : La clientèle familiale, clairement notre cœur de cible. Je souhaite d’ailleurs renforcer le positionnement famille de notre destination. C’est la réalité et il faut le réaffirmer. Notamment en réintégrant le Label Famille Plus et en redynamisant l’accueil des familles. Je rappelle que le jardin d’enfant de l’ESF du Monêtier est l’un des plus grands de toutes les ESF de France ! Et particulièrement bien équipé avec deux tapis roulants et deux téléskis à enrouleur. L’école veut aussi développer une garderie pour les 3-6 ans. Le label Famille Plus, créé entre autres par l’ANMSM (Association nationale des Maires de stations de montagne), est certes un coup de tampon reconnu, mais il permet surtout d’engager une démarche très structurante en interne pour créer l’offre.

Actumontagne : Votre clientèle est majoritairement française. Quels pays ciblez-vous ?
GV
 : 70% de notre clientèle est effectivement française. Comme ailleurs dans les Alpes, les Britanniques sont nos premiers clients étrangers, suivis des ressortissants du Benelux, Belges en tête. Les Italiens viennent aussi chez nous, mais il y a encore du potentiel ! Nous menons des actions, notamment auprès de la presse transalpine pour connaître leurs attentes. Elles sont très grandes dans les domaines de l’après-ski et du hors-ski. Avec les Grands Bains du Monêtier, la gastronomie, le patrimoine, nous sentons que notre offre accroche bien et que pouvons les faire venir davantage skier chez nous. En marché de niche, nous travaillons notamment la clientèle russe avec le recrutement dans notre équipe d’une collaboratrice russe.

Briançon, le versant culture de Serre-Chevalier Valllée ©OT/MFB

Actumontagne : La station communique beaucoup sur son engagement vert. Opportunisme ou réalité ?
GV
 : L’exploitant du domaine skiable est extrêmement dynamique et très engagé dans les Énergies renouvelables (EnR). Il s’est fixé de produire 30% de sa consommation électrique d’ici à 2021. Le territoire aussi est entrain de constituer une offre complète autour du développement durable et de l’environnement. Au Monêtier, une micro-centrale est opérationnelle sur le torrent du Petit Tabuc, des éoliennes design ont été implantées à l’entrée de Chantemerle pour alimenter des panneaux de signalisation. Ce sont des panneaux photovoltaïques qui produisent de l’énergie pour l’espace skateboard indoor. Toutes les communes supports de la station sont très impliquées sur les questions environnementales.

Au Grand Prix de Serre-Che, on ne se prend pas au sérieux ! © Zoom

Actumontagne : Côté événementiel, quel est LE temps forts de la saison 2020 à Serre-Chevalier Vallée ?
GV
 : Le Grand Prix de Serre-Che, dont la quatrième édition a lieu le 14 mars prochain. Il s’agit d’un derby ouvert à tous et à toutes les glisses, relancé en 2017 par SCV Domaine Skiable. Il draine plus de 1500 participants, ce qui en fait le plus grand rassemblement de skieurs amateurs au monde ! Pour moi, il est incontestablement l’événement qui nous ressemble le plus. Grand public, intergénérationnel et convivial, il permet d’explorer tout le domaine en empruntant deux parcours très ludiques. Un pour les « dingues » et un autre pour les « doux », chacun jalonné par une douzaine d’épreuves. L’an dernier, j’étais bénévole sur la manifestation et j’ai trouvé le concept et l’ambiance tellement sympas que je m’étais dit que le ferais avec ma petite-fille en 2020. Depuis, je suis devenu directeur de l’office de tourisme, mais ma participation est toujours d’actualité !

Propos recueillis par Sophie Chanaron

- Advertisement -