Espèce emblématique des Alpes, le tétras-lyre est un oiseau sédentaire qui vit à la limite supérieure des forêts (entre 1800 et 2300 mètres d’altitude). Soit là où se concentrent les infrastructures et les activités sportives en montagne. En hiver, ce gallinacé sauvage, également appelé coq des bruyères, creuse un igloo dans la neige poudreuse pour se protéger du froid et des prédateurs. S’il est dérangé, il quitte son « nid » protecteur et reste perché sur un arbre pendant plusieurs heures. Une situation traumatisante qui le fragilise dangereusement.

Depuis 2020, le Parc national de la Vanoise porte le projet européen Birdski, visant à construire des partenariat entre des domaines skiables et des gestionnaires d’espaces protégés. Objectif : améliorer la connaissance et la prise en compte des espèces avifaunes locales, dont le tétras-lyre, espèce protégée en France.

Les Arcs, en Haute-Tarentaise, comme Val Cenis, en Maurienne font partie des stations pilotes dans ce programme en Savoie. Un collectif, rassemblant les représentants des écoles de ski des Arcs et de Peisey-Vallandry, le domaine skiable (ADS), les association de chasse, l’ONF, les guides et accompagnateurs en montagne, a travaillé pour identifier de futures zones de tranquillité hivernale pour le tétras-lyre au cœur du domaine skiable.

proteger le tetras lyre

Début février 2021, plusieurs membres du collectif ont participé à l’installation d’une première aire de quiétude sur le secteur de l’Arpette, située en contrebas de la piste bleue Belvédère 2 (sous le restaurant de l’Arpette). Un balisage et des panneaux d’information ont été installés pour informer les pratiquants et leur demander d’éviter de traverser cette zone. Les acteurs du projet ont choisi ce périmètre de façon à ne pas dégrader l’intérêt du ski dans le secteur, gage indispensable d’une bonne adhésion des skieurs, raquetteurs et autres usagers de la montagne à ce dispositif, à la fois protecteur et pédagogique.

- Advertisement -