Profitant de l’écho médiatique du salon « Expériences Montagnes », qui se tient actuellement à Paris, Domaines Skiables de France – qui représente quelque 250 exploitants de stations répartis sur six massifs – appelle à une mobilisation sans précédent pour faire face aux conséquences du changement climatique. Concrètement, l’objectif est de créer d’ici avril 2020 un dispositif de mutualisation de financements pour la recherche de solutions concrètes autour de la réduction des gaz à effet de serre, de la ressource en eau, de la biodiversité et des déchets. Ce dispositif sera dévoilé en avril 2020, à l’occasion du salon Mountain Planet, à Grenoble.

© archives Martin Léger

Certes, d’ici 2050, les effets négatifs du réchauffement climatique sur l’activité touristique d’hiver s’annoncent limités avec les importants investissements des gestionnaires de domaines skiables en matière de neige de culture et de gestion de la ressource en eau. Pour autant, les prévisions à partir de 2100 font clairement état d’un scénario menaçant, si l’augmentation des températures n’est pas contenue sous les 3 degrés. La menace du réchauffement climatique à échéance fin de siècle pèse sur 120 000 emplois directs et indirects localisés dans les villages et vallées de montagne, une place dans le top 3 mondial des destinations touristiques de montagne, 2 milliards d’euros dans la balance commerciale française et 334 millions d’euros d’investissements annuels….

Alexandre Maulin, président de Domaines Skiables de France © Thiphaine Buccino – Sybelles Ski

Pour Alexandre Maulin, Président de Domaines Skiables de France : « L’ensemble des professionnels de la gestion des domaines skiables de France prend position et se met en ordre de marche pour déployer un dispositif ambitieux au service du Patrimoine Montagne. Au-delà du poids économique conséquent que représente le ski pour le secteur touristique national, il en va de la survie de l’ensemble des vallées d’altitude hexagonales et de leurs habitants, qui sont menacés de devenir les premiers réfugiés climatiques de France. Nous appelons donc le Premier Ministre à prendre toute la mesure de l’ampleur des défis que nous allons devoir relever ensemble, dès le prochain Conseil National de la Montagne. »

Photo de une : © Elina Sirparanta