Depuis près de 30 ans, le groupe familial de cosmétiques Clarins agit en faveur de la protection de l’environnement alpin. Et notamment avec Asters, le conservatoire d’espaces naturels de Haute-Savoie, gestionnaire des neuf réserves naturelles du département pour le compte de l’État.

Ainsi, ce fleuron tricolore de la beauté a notamment participé au programme de réintroduction dans les Alpes du gypaète barbu, le plus grand rapace européen. Son lien avec les montagnes se retrouve aussi dans les gammes de produits. Dès les années 60, le fondateur de l’entreprise, Jacques-Courtin-Clarins, lançait un démaquillant à base d’herbes des Alpes. Depuis quelques années, le logo domaine Clarins a fleuri sur les packagings de certaines références.

Derrière cette mention, il y a un lieu éponyme, situé à Sarraval, dans le massif des Aravis près d’Annecy. Soit une parcelle de 10 hectares perchée à 1400 mètres d’altitude, acquise par l’entreprise en 2016. Elle est à la fois site de production pour certaines plantes entrant dans ses formulations, mais aussi laboratoire à ciel ouvert pour observer comment les espèces s’adaptent au changement climatique.

Ce haut lieu dédié à la biodiversité et aux pratiques agricoles douces (agroécologie, permaculture, labours équin, collecte manuelle…) est sous les projecteurs aujourd’hui. Il fait l’objet de la toute première Obligation Réelle Environnementale (ORE) à visée patrimoniale signée en France, entre une entreprise privée et un conservatoire d’espaces naturels.

En effet, le 10 mai dernier, Clarins et Asters-CEN 74 ont conclu un contrat devant notaire confirmant l’engagement et la responsabilité de la société dans la préservation de l’environnement du domaine Clarins. Et cela pendant au moins 99 ans, durée maximale qu’autorise cet instrument foncier de protection de la flore, de la faune et des paysages.
Le domaine Clarins est une exploitation agricole, un lieu de recherche et de protection. Il ne se visite donc pas comme un jardin d’agrément ! Pour autant, le fabricant de cosmétiques n’exclut pas, à l’avenir, dans un souci pédagogique, d’organiser, en partenariat avec Asters, des opérations de sensibilisation à la biodiversité pour le grand public.

Domaine Clarins à Sarraval dans les Aravis ©Antoine Henriot
- Advertisement -