Vendredi 23 juillet, quatre jeunes réfugiés maliens et afghans (Sikou, Qambar, Abdul et Jomah-Khan) partiront pour trois jours d’expédition afin de réaliser l’ascension du mont Blanc, une grande première pour des réfugiés ! Depuis le mois de mai dernier, ils ont suivi une préparation technique et sportive intense, où ils se sont entrainés à travers de nombreuses sorties et ateliers en montagne, recevant notamment l’aide précieuse de Christine Janin, première Française à avoir gravi l’Everest, mais aussi du skieur Léo Slemett (vainqueur du Freeride World Tour 2017). Malheureusement blessé actuellement, ce dernier ne pourra pas prendre part à cette ascension, qui sera avant tout une aventure humaine. Une aventure pleine d’espoir et où chacun pourra mettre de côté ses traumatismes mais aussi de pratiquer la montagne différemment comme pour l’Afghan Abdul, qui a dû la traverser à pied pendant 2 ans avant d’arriver en France…

Sikou, l’un des réfugiés qui se lancera à l’assaut du mont Blanc, pose devant l’objectif à atteindre © Yambi

Pour ce périple, ils seront accompagnés de guides professionnels de haute-montagne, de leur marraine Marion Haerty (la snowboardeuse chamoniarde quadruple lauréate du Freeride World Tour) et de bénévoles de l’association annécienne Yambi. Partant du constat qu’en France, seules 12% des personnes réfugiées disposent d’un lien social avec un citoyen français, l’association s’est donnée pour mission de nouer des liens entre personnes réfugiées et population locale par le biais de sorties en montagne, persuadée que la pratique commune des sports de montagne constitue un excellent terrain d’échanges et de rencontres pouvant les aider à retrouver confiance en eux et en leur capacité à s’intégrer.

Léo Slemett (au centre), entouré des quatre réfugiés qui tenteront l’ascension du mont Blanc © Yambi
- Advertisement -