Parmi les 533 inscrit(e)s sur la Mont Blanc Megeve Cycling (toutes courses et catégories confondues), on retrouvait notamment Catherine Jullien-Brèches, la maire de Megève. Cette dernière s’est élancée sur l’Originale (cyclosportive sur route). Et l’élue a fait bonne figure, en bouclant les 75 km (pour 2090 m de dénivelé) en 4h31’57’’, soit une vitesse moyenne de 13,93 km/h. Une belle performance au vu du copieux menu du jour, qui proposait en point d’orgue l’ascension du méconnu mais magnifique (et exigeant !) col de l’Arpettaz. Catherine Jullien-Brèches prend la 90e place sur 154 (15e femme sur 26) et la première place dans sa catégorie d’âge (61 ans et plus).

Catherine Jullien-Brèches (en polo blanc, à gauche) pose aux côtés de sa dauphine du jour dans la catégorie Senior 5 Femmes © Mairie de Megève

Si le report de l’épreuve de juin à septembre, contraintes sanitaires obligent, a sans doute impacté la participation à la baisse – le Club des Sports de Megève, qui organise la course, espère revenir à 1500 participants lors de l’édition 2022, prévue les 11 et 12 juin – cette première édition disputée sous le nom de Megève Mont Blanc Cycling (mais la course existe depuis 1989) n’en a pas moins été un succès. « Notre plus grande satisfaction est la météo exceptionnelle de ce week-end ! Je suis très heureux de la course gravel, les retours sur cette nouvelle épreuve sont incroyables, le parcours a vraiment séduit », se réjouissait Stéphane Picot, directeur du club des sports de Megève. On retrouvait notamment au départ de l’Aventurière (le nom donné à cette épreuve gravel) le biathlète de l’équipe de France Antonin Guigonnat, venu en voisin (il habite aux Contamines-Montjoie). Le champion du monde en titre de relais mixte simple a terminé cinquième, après avoir été victime d’une crevaison puis repris sa route en mode papotage avec un autre concurrent, simplement heureux d’être là et de partager son plaisir d’être en montagne. « Mais je commençais à être à la limite des crampes sur la fin, parce que je suis davantage habitué aux efforts courts et intenses. Honnêtement, même sans ma crevaison, je ne pense pas que j’aurais été en mesure de jouer la gagne », nous a-t-il confié à l’arrivée.

Antonin Guigonnat (en jaune) figurait dans le groupe en lutte pour la deuxième place de l’Aventurière (épreuve gravel) avant sa crevaison © David Machet

Pour la prochaine édition, ce parcours gravel devrait rester sensiblement le même, mais avec aussi la possibilité de l’effectuer en mode rando (seule la version chronométrée était proposée cette année). Pour les courses sur route, le principe du choix de la distance en cours de route – afin de pouvoir s’adapter au mieux à la forme du jour – sera conservé. « Nous avons aussi une grande ambition sur les courses kids. Cette année nous avons accueilli une cinquantaine d’enfants, on a à cœur de vraiment progresser ! », a aussi affirmé Stéphane Picot.

Photo de une : Le col de l’Arpettaz n’avait encore jamais été escaladé en compétition © David Machet

- Advertisement -