Tous les deux anciens champions du monde et vainqueurs de la coupe du monde (respectivement en ski de bosses et en skicross), Guilbaut Colas et Ophélie David viennent de lancer Go Freestyle Ski Experience. Cette prestation consiste en une initiation à ces deux disciplines, encadrée par les deux champions, et destinée à des groupes de 10 à 20 personnes. Nous avons participé à la journée de lancement, vendredi 7 janvier à l’Alpe d’Huez, en compagnie des « pionniers » de Grenoble Alpes (sportifs, entrepreneurs,etc, tous ambassadeurs du territoire métropolitain au sens large). Reportage.

« Là, on va essayer de tailler de belles courbes, bien nettes. Surtout pas comme si on étalait du Nutella sur une tartine ! ». Avec le langage très imagé dont elle est coutumière, Ophélie David explique à la quinzaine de participants qui ont eu la chance de tester en avant-première la nouvelle prestation qu’elle propose avec Guilbaut Colas, l’une des clés de la réussite en skicross. A travers Go Freestyle Ski Experience, l’ancienne septuple lauréate de la coupe du monde de la spécialité (également championne du monde en 2007 et quadruple vainqueur des X-Games) et le champion du monde de ski de bosses 2011 (aussi vainqueur du globe de cristal cette année-là) entendent permettre à tout un chacun de découvrir les disciplines dans lesquelles ils se sont illustrés, au plus près du terrain.

Guilbaut Colas et Ophélie David présentent les spécificités de leurs disciplines respectives, le matériel utilisé… et quelques-uns des trophées et médailles glanés au cours de leur carrière ! © Ambroise Abondance

« Après nos carrières sportives, nous sommes souvent intervenus en entreprise lors de conférences, afin de faire partager notre expérience aux salariés et collaborateurs. Sauf qu’on leur parlait d’actions, d’émotions et de sensations, et qu’ils étaient assis face à nous, immobiles. C’était donc un peu frustrant, parce qu’ils pouvaient simplement imaginer ce qu’on ressentait sur les skis. Avec Go Freestyle Ski Experience, on veut vraiment essayer de leur faire vivre ce qu’on a connu pendant nos carrières, en le ponctuant d’anecdotes, et avec une vraie idée de partage », explique en chœur les deux anciens champions.

Cette nouvelle prestation allie une (petite) partie théorique et une mise en pratique sur les pistes. Ce jour-là, Guilbaut et Ophélie ont commencé par nous présenter les principales caractéristiques du ski de bosses et du skicross. Les règles de base (départs à quatre de front en skicross, la technique de ski qui compte pour 60 % de la note, la vitesse pour 20 % et les sauts pour 20 % en ski de bosses…), mais aussi quelques considérations techniques plus poussées, que même des suiveurs passionnés ne connaissent pas forcément. Saviez-vous que la vitesse oscille généralement entre 80 et 100 km/h sur un parcours de coupe du monde de skicross, ou que les skis utilisés en bosses, plutôt droits, ont un rayon de courbe de 27 mètres (soit des skis de super-g), alors qu’on aurait plutôt imaginé des skis typés slalom (avec un rayon de 13 ou 14 mètres) ?

Pour cette journée de lancement, Guilbaut Colas et Ophélie David (au centre) ont coaché quelques-uns des « pionniers » de l’association Grenoble Alpes © Ambroise Abondance

Après cette présentation théorique très instructive, ponctuée d’une exposition des globes de cristal et médailles glanés par les deux champions, direction les pistes ! L’approche se veut progressive, on ne se lance pas tête baissée dans la pente. Au menu : des exercices pour travailler la dissociation haut du corps / bas du corps (en plantant les deux bâtons du côté du ski aval à chaque virage), de la godille en veillant à regarder loin devant soi,etc. Ce n’est que sur la descente suivante qu’on rentre vraiment dans le vif du sujet, sur l’une des lignes de bosses construites pour accueillir l’étape de coupe du monde de ski de bosses des 16 et 17 décembre derniers à l’Alpe d’Huez. Si tous s’en sortent très honorablement (le niveau d’ensemble du groupe est plutôt bon,voire très bon), Guilbaut Colas, avec son œil avisé, distille à chacun de petits conseils pour progresser : planter les deux bâtons de façon décalée et non simultanée (« ça permet de donner le rythme »), toujours porter le regard loin devant, être en appuis languettes sur la chaussure,etc.

Ophélie David (en rouge) exerce en tant que monitrice ESF à l’Alpe d’Huez pendant les vacances scolaires © Ambroise Abondance

Au cours des descentes suivantes, nous alternons les exercices « bosses » et « skicross ». Sur les rollers (sortes de grosses montagnes russes) de la piste ludique « Marcel’s Farm », Ophélie David nous explique comment amortir les sauts, afin de passer le moins de temps en l’air, et ainsi être le plus rapide. C’est toujours dans une optique d’efficacité maximale qu’elle nous incite à « faire le crapaud » sur les gros sauts du snowpark du Lac Blanc. Un « gros saut » certes respectable pour un skieur lambda, avec ses quatre mètres de plat entre la bosse et la pente de réception… mais qui n’est rien en comparaison des « kicks » de 20 à 40 mètres qu’on retrouve sur des parcours de coupe du monde de skicross, comme le fera remarquer la championne de l’Alpe d’Huez, où elle enseigne en tant que monitrice ESF pendant les vacances scolaires. On touche aussi du doigt la confrontation directe inhérente au skicross, en s’élançant trois par trois sur le boardercross grand public du snowpark, particulièrement piégeux ce jour-là avec des alternances de neige molle et de plaques de glace. Ce qui vaudra d’ailleurs à l’un des « pionniers » de Grenoble Alpes, venu avec son matériel ultra-léger de ski de randonnée (donc peu adapté à ces vitesses et conditions), une chute assez spectaculaire mais heureusement sans gravité !


Guilbaut Colas en démonstration sur l’une des lignes de bosses construites pour la coupe du monde à l’Alpe d’Huez mi-décembre © Martin Léger

Entre deux conseils techniques, Guilbaut et Ophélie n’ont pas hésité à nous livrer leur regard sur l’évolution de leurs disciplines respectives, dans des discussions à bâtons rompus entre les passionnés de ski qu’ils demeurent. Extrêmement disponibles, les deux champions se sont fait une joie de répondre à toutes nos questions. Excellente illustration des valeurs de partage qu’ils mettent en avant dans la présentation du GO (pour Guilbaut Ophélie) Freestyle Ski Expérience !

S’ils ont choisi l’Alpe d’Huez comme « camp de base », du fait de leurs nombreux contacts dans la station de l’Oisans et des infrastructures adaptées pour la découverte du skicross et du ski de bosses, Guilbaut et Ophélie peuvent sans soucis « s’exporter » ailleurs, en fonction des demandes de leurs futurs clients. « On s’adapte. On peut proposer une journée avec ou sans pause restaurant au milieu, des activité annexes telles que du chien de traîneaux pour ceux qui ne skient pas… On peut aussi juste utiliser un petit mur de bosses naturels pour de l’initiation », expliquent Guilbaut et Ophélie. Quel que soit votre niveau, nul doute que vous ressortirez avec d’intéressantes pistes de progression… et des étoiles plein les yeux !

Martin Léger

La séance débute par des exercices de dissociation haut-bas, en plantant les deux bâtons côté ski aval à chaque virage © Ambroise Abondance

Pratique : Cette prestation s’adresse à des groupes compris entre 10 et 20 personnes, qu’il s’agisse d’entreprises ou de particuliers. Pour toute demande d’information, devis, tarifs,etc, envoyez un mail à goskifreexp@gmail.com

Photo de une : Guilbaut Colas et Ophélie David posent au pied du Signal, à l’Alpe d’Huez © Fabien Dominguez

- Advertisement -