Deux après son contrôle positif à l’EPO et à l’occasion de la sortie de son livre catharsis Harcelée, dopée, mais de retour (Blacklephant Éditions), Marion Sicot remonte en selle.

Pour son retour, la cycliste professionnelle s’attaque à l’Alpe d’Huez au record du monde de dénivelé positif en 24heures, les 18 et 19 septembre prochain. Un score actuellement détenu par Stéphanie Gros et réalisé sur les pentes du mont Ventoux en mai 2016 avec 14 612 mètres de dénivelés positif (soit 16,5 ascensions sur le versant Bédoin, entre le virage de Saint-Estève et le Chalet Reynard, mais sans aller jusqu’au sommet du Ventoux).

La date choisie par Marion n’est pas anodine : c’est le 20 septembre 2019 que la presse révélait au grand public son contrôle positif au dopage qui aboutira à sa suspension pour deux ans par la Commission des sanctions de l’Agence française de lutte contre le dopage (quatre ans avaient été réclamés).

Celle qui a fini deuxième du triathlon Ironman d’Embrun en août dernier, preuve d’une forme physique et mentale retrouvée, s’appuie sur un entourage bienveillant dans ce défi qui a valeur d’exemple pour les femmes victimes de violences psychiques et sexuelles : son entraineur Vincent Martins et l’équipe de Goodman et Compagnie, société de production basée en Bretagne, dont Blacklephant Editions, l’éditeur de son livre, fait partie. Outre l’assistance technique et logistique, la team Goodman & Compagnie va filmer l’événement et le relayer en direct sur les réseaux sociaux de Marion Sicot ainsi que sur son site Internet.

Sur la montée de l’Alpe d’Huez, propice au dépassement de soi, Marion Sicot va porter haut les valeurs que sont l’amour du sport, la résilience et le courage.

La cycliste Marion Sicot, ou la combattivité retrouvée après avoir touché le fond ©DR
- Advertisement -