Il y a tout juste un an, la Caisse des Dépôts lançait la Banque des Territoires, guichet unique de financement et d’accompagnement des collectivités territoriales, des organismes du logement social, des entreprises publiques locales et des professions juridiques. Objectif, mieux servir les territoires en apportant « des réponses immédiates et sur mesure à leurs besoins » pour qu’ils soient plus attractifs, plus inclusifs, plus durables et plus connectés. « En 2018, si il y a un chiffre à retenir c’est celui de 1,5 milliard d’euros injectés par la Banque des Territoires dans la région Auvergne Rhône-Alpes (AURA), tout confondu (prêts, fonds propres, subventions, ingénierie…) », résume Philippe Lambert, son directeur régional. Un effet de levier qui a permis de déclencher 2,3 milliards d’euros d’investissements sur l’ensemble de la deuxième région économique de France.
Cette manne profite à l’attractivité des villes moyennes (programme Action Coeur de Ville, avec 25 villes moyennes concernées par la revitalisation de leur centre-ville dont Chambéry, Rumilly et Voiron) et à la construction et à la rénovation du logement social.

Ces fonds profitent aussi à l’industrie dans le cadre du programme Territoires d’industrie (AURA en compte 17 et parmi eux le Grand Annecy, la Vallée de l’Arve, la vallée de la Maurienne et Rumilly Usses & Rhône).

Le tourisme fait également partie des secteurs privilégiés de l’action de la Banque des Territoires, et notamment la montagne qui occupe 2/3 du territoire d’AURA. « Nous travaillons par exemple avec la Foncière Hôtelière des Alpes, dont la Caisse des Dépôts est l’un des fondateurs historiques aux côtés des établissements bancaires régionaux, dans le but de réchauffer les lits froids et créer une dynamique hiver et été dans nos stations », souligne Philippe Lambert. La foncière a « réchauffé » à ce jour près de 3500 lits en apportant 21 millions de fonds propres permettant d’injecter plus de 200 M€ dans les trois départements nord-alpins. Elle a notamment joué le rôle de facilitateur dans plusieurs projets (Village Club du Soleil à Oz-en-Oisans, résidence MMV à Tignes-les-Boisses, Club Med Les Arcs Panorama…). La Caisse des Dépôts est aussi en première ligne aux côtés de la Foncière dans le portage des murs du futur Club Med de La Rosière, projet à plus de 100 millions d’euros (ouverture en décembre 2020 ).

Diversités des projets et de leur taille

Autre investissement, à une échelle toute autre mais révélateur de la mission de la Banque des Territoires, une aide de 800 000 € en fonds propres accordée au centre de séjours de la Ligue de l’Enseignement à Autrans. Cet acteur du tourisme social et solidaire accueillait jusque-là uniquement des enfants en classes vertes, classes de neige et colonies de vacances. Grâce à la rénovation complète de son établissement (coût total du projet 3,2 M€), il espère élargir sa clientèle en accueillant le week-end des groupes d’adultes. De quoi donner un coup de fouet à l’économie locale puisque ce centre de vacances de 350 lits doté d’un parc de 7 ha, fait travailler des socio-pros (moniteurs de ski, prestataires d’activités), s’approvisionne localement en circuit court et recrute du personnel sur place dans le domaine de la restauration, de l’entretien et de l’animation. Son inauguration est prévue le 14 juillet prochain.

« Pour nous, il n’y a pas de petits et de gros projets », réaffirme Philippe Lambert. « Il n’y a que des projets qui vont concourir à renforcer l’attractivité de nos territoires ».

Bertand Lacroix et Catherine Barrot de l’antenne grenobloise de la Banque des Territoires aux côtés de Philippe Lambert son directeur régional

Photo de Une : Bertrand Lacroix et Catherine Barrot de l’antenne grenobloise de la Banque des Territoires aux côtés de Philippe Lambert son directeur régional