Banque d’un Savoyard sur deux, le Crédit Agricole des Savoie est très présent dans les stations du Pays du Mont-Blanc où la caisse régionale s’implique auprès des acteurs de la montagne. Benoît Mettler, directeur de région Faucigny-Mont-Blanc nous explique l’engagement au quotidien de la dizaine d’agences de la Banque verte au Pays de l’or blanc.

actumontagne.com : Tout d’abord, qu’est-ce qui distingue une agence bancaire de station de sa consoeur des plaines ?
Benoît Mettler : Nos agences implantées en station ont une clientèle professionnelle beaucoup plus importante qu’en vallée. Le Pays du Mont-Blanc et le Faucigny sont des territoires où l’économie locale est très dynamique et très diversifiée : agriculture, industrie, tourisme… Nos agences sont ainsi très sollicitées pour les cessions, les mutations et les rénovations de fonds de commerce en station. Le Crédit agricole accompagne aussi beaucoup les artisans du bâtiment, secteur très porteur en montagne. Notre part de marché avoisine les 30% sur cette cible de clients. Autre cible privilégiée, les professionnels de la montagne. 54% des ESF, par exemple, travaillent avec notre banque. Nous avons élaboré des produits spécifiques à leur intention, notamment pour le traitement des encaissements par carte bancaire, adaptés au profil très international de leur clientèle. Nous proposons par ailleurs aux moniteurs de ski et aux personnels des remontées mécaniques des prêts à taux avantageux.

actumontagne.com : La gestion de patrimoine constitue aussi une part importante de l’activité de vos agences installées en station. Pourquoi ?
B.M. : C’est bien évidemment lié à la richesse du territoire. Avec les prix élevés de l’immobilier et du foncier ou des fonds de commerce, les propriétaires et les investisseurs se sont constitués des patrimoines importants en valeur qu’il faut gérer. Le Crédit agricole a mis en place dans ses agences locales des compétences spécifiques dans ce domaine. Alors que les autres banques emploient généralement des profils de généralistes, nous, nous avons recruté des conseillers spécialisés en gestion de patrimoine, six sur la zone plus un responsable. Ils sont capables d’accompagner les clients dans des études personnalisées. C’est un plus incontestable pour notre banque dont la proximité avec ses clients facilite la confiance.

actumontagne.com : En ce moment, les banques n’ont pas bonne presse. Ce malaise est-il perceptible au quotidien dans vos agences ?
B. M.: Globalement les clients nous font confiance, mais on ressent une certaine défiance effectivement. Celle-ci s’explique par la confusion, entretenue par les médias, entre banque d’investissement, ce que nous ne sommes pas, et banque de détail. Notre métier, c’est avant tout de financer les projets de nos clients et d’être solidaires dans les temps difficiles. Je vous rappelle que le Crédit agricole a largement contribué à la création d’un fonds pour sauver l’industrie du décolletage dans la vallée de l’Arve. A l’intersaison, nous accordons naturellement des facilités de trésorerie aux professionnels de la montagne dont l’activité est saisonnière ou peut être impactée par les aléas climatiques, comme l’hiver dernier. Banque de la montagne, le Crédit agricole s’inscrit dans la durée sur ce territoire stratégique et entend être la banque des bons moments comme des difficiles. Notre implication dans l’économie locale est méconnue. D’autres banques agissent moins mais communiquent plus ! Nous allons sortir de notre discrétion.