Les 40 ans de sculpture contemporaine à Passy sont célébrés  cet été à Passy et dans les communes environnantes. Un événement culturel  foisonnant, qui renforce le lien entre montagne et art moderne.

“Les 40 ans de sculpture contemporaine à Passy, ce n’est pas une commémoration en tant que telle, mais un nouvel événement culturel. On passe la main à de jeunes artistes, on veut que ça continue”, souligne Anne Tobé, maire-adjoint à la culture à Passy.
L’identité culturelle forte du Plateau d’Assy est liée à trois éléments : les anciens sanatoriums (architecture des années 30), l’église emblématique Notre-Dame-de-Toute-Grâce, décorée par de grands artistes (années 50), et les sculptures à ciel ouvert (années 70 pour les premières). En 1973, un événement original, intitulé Sculptures en montagne, poème dans l’espace, représentait un pari audacieux pour l’époque :  sortir l’art des musées. De grands sculpteurs comme Alexander Calder ou Agostin Cardenas sont venus réaliser des œuvres conçues comme un dialogue entre l’art et la montagne.  Pari totalement réussi, puisque les sculptures réalisées cette année-là ont été par la suite rejointes par d’autres, et ont contribué à forger l’histoire de la commune.

La route des sculptures
Et l’histoire est toujours en marche, puisqu’aujourd’hui, l’art sort à nouveau de ses murs, sous forme de cheminement entre les différentes œuvres, depuis la vallée jusqu’à  la station de Plaine-Joux, en altitude.  À Chedde, des tableaux de Pierre Gatier, peintre du monde industriel, sont reproduits sur de grandes bâches. Marlioz accueille une nouvelle sculpture de Colette Cossin, Dans un espace de paix, ainsi qu’une installation du plasticien Nigel Robinson, intitulée Marée haute. Le centre culturel du Plateau d’Assy présente la première rétrospective dédiée à  Charles Semser, l’un des plus grands sculpteurs du XXe siècle. À Plaine-Joux, six artistes de l’école  nationale supérieure d’arts de Paris-Cergy (ENSAPC) prennent la relève de leurs illustres aînés. Le Jardin des cimes du Plateau d’Assy, quant à lui, s’enrichit d’une création de Roger Hofstetter, artiste paysagiste et directeur des Jardins extraordinaires.

Deux dates à retenir parmi les festivités prévues cet été. Le 6 juillet, l’église Notre-Dame-de-Toute-Grâce accueille un hommage aux sculpteurs qui s’y sont exprimés, et notamment L. Kijno, disparu cette année. Le 23 juillet, au café restaurant le Centre se tient un cabaret poésie-jazz, Le Champ des baleines, un moment un peu loufoque de poésie contemporaine. En seconde partie, chaque personne qui le souhaite est invitée à lire ses propres poèmes sur le thème de l’humour, avec un prix décerné  par le public.

Pour les enfants, un atelier du patrimoine propose toute l’année des jeux interactifs, puzzles, maquettes et installations sur le thème de l’art contemporain, au centre culturel de Passy.
Toute cette dynamique autour de Passy trouve un prolongement logique dans la candidature de la commune au réseau national des Villes et Pays d’art et d’histoire. À suivre…

Jeanne Palay
Service culturel de la mairie de  Passy : 04 50 78 51 64.
Office de tourisme : 04 50 58 80 52.

 

- Advertisement -