Du 4 au 14 juillet, Cordon organise la dixième édition de son festival baroque. Au programme, des concerts de grande qualité dans l’église Notre-Dame-de-l’Assomption, mais aussi des animations, forcément baroques !

“En 1998, le pari était osé pour un village de 772 habitants de se lancer dans une telle aventure musicale. Nous voulions profiter du retable baroque que recèle l’église Notre-Dame-de-l’Assomption de Cordon, l’un des plus beaux de Rhône-Alpes, ainsi que de l’acoustique exceptionnelle de cet édifice. Dix ans plus tard, le pari est gagné : le festival baroque existe toujours et il a pris beaucoup d’ampleur. D’année en année, la programmation s’améliore. Le bouche à oreilles joue beaucoup parmi les artistes, qui veulent venir car ils apprécient la qualité et la convivialité de l’événement. Ce rayonnement a sans doute aidé au classement de l’église aux Monuments historiques en 2004”, résume Bernard Rémy, fondateur et président du festival.
Parmi les temps forts de cette dixième édition, l’ensemble Matheus, fidèle à Cordon, vient jouer des œuvres de Vivaldi le 14 juillet. Gérard Gelly, le programmateur du festival, cite aussi le concert du 6 juillet : “Nous célébrons cette année le 300e anniversaire de la mort de Dietrich Buxtehude. L’occasion de découvrir ce compositeur peu connu, qui a pourtant beaucoup influencé Bach. L’ensemble Les folies françoises vient nous présenter des morceaux de Buxtehude et de Bach”. Mais il faut aussi évoquer le 5 juillet, la présence de la Simphonie du Marais, un ensemble prestigieux dont la vocation est la redécouverte du patrimoine musical français des XVIIe et XVIIIe siècles.

Une forte implication locale
Cordon joue la carte de l’intercommunalité, puisque des concerts ont également lieu à Megève, Combloux, et nouveauté de l’année, à Sallanches. Cette ville accueille un grand concert le 8 juillet, consacré au musicien portugais Antonio Teixeira, avec huit solistes, cinq chœurs et un grand orchestre.
Mais le baroque, ce n’est pas que la musique. De nombreuses animations abordent d’autres facettes de cette époque : des stages de construction de flûte à bec, des ateliers d’écriture, avec comparaison du style baroque et du contemporain, une conférence sur l’art baroque dans le monde, des visites de l’église Notre-Dame-de-l’Assomption de Cordon par un guide du patrimoine des Pays de Savoie …
“Le festival n’est pas parachuté pour les touristes et l’implication locale est très importante”, affirme Gérard Gelly. Ainsi, les enfants de l’école de Cordon récitent en public deux fables de La Fontaine, avec des intermèdes musicaux assurés par l’ensemble Solstice. Les élèves de l’école de musique de Cordon, eux, animent l’inauguration de l’événement.
Dix ans après les débuts, Cordon compte moins de 900 habitants, mais son festival s’est fait une place parmi les grands et reçoit des artistes à la renommée internationale.
Jeanne Palay
Rens. au 04 50 58 01 57.