Intitulée Imagine ta montagne, la nouvelle exposition temporaire de la Maison des JO d’hiver, à Albertville, entraîne le visiteur vers les frontières du réel. Il est guidé dans son parcours par sept témoins, intimes des sommets, à différents titres. A découvrir jusqu’au 10 novembre 2016.

« Si on ne fait pas appel à l’imagination, finalement la montagne, c’est un tas de cailloux ! ». Cette remarque en forme de boutade de l’écrivain et historien de l’alpinisme Yves Ballu donne bien le ton de la nouvelle exposition qu’accueille la Maison des Jeux olympiques d’hiver, centre d’interprétation de l’olympisme, à Albertville, présidée depuis juin 2014 par Guy Sevessand, conseiller général du canton de Beaufort.
Humour, fantaisie, poésie, émotion et aussi esthétique rythment le parcours d‘Imagine ta montagne, illustré par des photographies, des cartes postales, des films cultes, des jeux de société souvent rares, des maquettes ou encore des textes. Comme ceux joliment troussés par les sept grands témoins à qui Claire Grangé a donnés carte blanche.

Outre Yves Ballu, la directrice de la Maison des Jeux a sollicité Alain Arvin-Bérod, philosophe et historien du sport, Aldo Audisio, le directeur du Musée national de la montagne à Turin, le journaliste et réalisateur Gilles Chappaz, l’architecte Jean-François Lyon-Caen, le photographe et journaliste Jean-Luc Traïni et le champion olympique Edgard Grospiron, membre de la commission de coordination des Jeux olympiques d’hiver de 2018.

Guy Sevessand, le président de la Maison des Jeux, Edgar Grospiron, Martine Berthet, maire d'Albertville et Aldo Audisio, directeur du musée de la montagne à Turin 

Celui qui fut le premier médaillé olympique de ski de bosses de l’histoire en 1992 aux JO d’Albertville, est un contributeur fidèle de l’unique musée français consacré à l’olympisme.  Il lui a remis sa médaille d’or, présentée dans une vitrine de l’exposition permanente. Edgar Grospiron a aussi participé à la conception de l’exposition temporaire des 20 ans des JO d’Albertville en 2012, « Savoie olympique, sur les traces du futur« .
Quand Claire Grangé lui a demandé de renouveler l’expérience pour l’exposition Imagine ta montagne, le Haut-Savoyard, aujourd’hui consultant en management, a tout de suite dit banco. Par amitié pour Alain Arvin-Bérod, « homme généreux qui partage volontiers ses connaissances sur le sport et l’olympisme », et pour Claire Grangé, « à l’énergie et à la volonté inversement proportionnelles à la taille ! « . A la tête de l’établissement culturel depuis 1992, elle a enchaîné les expositions temporaires annuelles, jamais à court d’idées en deux décennies.
L’ancien skieur de bosses a été fort inspiré par le thème de la dernière en date. « L’imagination, c’est un mot important en montagne. C’est la racine de l’innovation ». Et un moteur de l’invention en montagne, comme le montre bien Jean-François Lyon-Caen. Dans l’espace de l’exposition qu’il a imaginé, il s’est focalisé sur les refuges de montagne. Ces constructions d’altitude illustrent selon lui parfaitement le sujet de l’exposition temporaire 2015-2016. Les architectes, à l’image des deux projets signés par l’icône Charlotte Perriand et ceux d’élèves de l’école d’architecture de Grenoble, présentés ici, ont su s’affranchir des contraintes de la géographie, grâce à leur ingénieuse créativité.

 

La Maison des Jeux olympiques d’hiver en bref
Création : 1992 à Albertville
Statut : association de loi 1901
Administration : Guy Sevessand, président
Directrice : Claire Grangé
Nombre de visiteurs : 10 000/an  en moyenne
Ouverture : de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h, sauf lundi matin, dimanche et jours fériés.
Juillet-août : 10 h à 13 h et 14 h à 19 h – Dimanche et jours fériés : 14 h à 19 h.
Les groupes sont accueillis sur rendez-vous, y compris le lundi matin et avant 10 h.

- Advertisement -