Ensemble on déplace les montagnes ! La preuve. La France, l’Italie et la Suisse qui se sont alliées pour porter le dossier de candidature de l’alpinisme devant l’Unesco, viennent de voir leur démarche couronnée de succès. Hier à Bogota, l’art de gravir les sommets et les parois en montagne a été inscrit sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’Humanité. La récompense d’une initiative lancée en 2011 par les États soumissionnaires et la communauté porteuse de la candidature (Clubs alpins, associations de guides, collectivités locales…).

©Pascal Tournaire

Mais ce n’est qu’une première étape rappellent-ils, « car l’alpinisme est une activité vivante, qui a évolué au cours de son histoire et continuera de le faire ». Éric Fournier, le maire de Chamonix, à l’origine de la candidature avec son homologue de Courmayeur le soir de la remise des Piolets d’Or 2011, s’est félicité de ce succès collectif. « L’alpinisme est beaucoup plus qu’un sport, c’est une pratique enracinée dans le territoire et transmise de génération en génération : un formidable creuset et révélateur de valeurs, gisement inépuisable d’expériences et d’interactions entre l’homme et la montagne que ce classement a vocation à valoriser et à perpétuer ».

©Eric Courcier

Une conférence de presse et la célébration de l’inscription se dérouleront demain 13 décembre à Chamonix.

Photo de Une ©Pascal Tournaire