A l’occasion de son congrès annuel, qui avait lieu lundi 1er octobre à Paris, Domaines Skiables de France a publié les chiffres définitifs de l’hiver 2017-2018. Avec 53,8 millions de journées-skieurs (+ 5,3 % par rapport à l’hiver 2016-17), la France regagne une place dans la hiérarchie mondiale, pour se retrouver en deuxième position, derrière l’Autriche (54,5 millions, + 4,4%) mais devant les Etats-Unis (3ème avec 53,3 millions, – 2,8 %). Pour autant, le bilan est en demi-teinte : la hausse de fréquentation n’est que de 1 % par rapport à la moyenne des quatre dernières saisons. Et sur les 11 derniers hivers, 2017-18 n’arrive qu’en neuvième position, loin des 59,1 millions de journées-skieurs de l’hiver 2008-09, ou même des 57,8 millions de la saison 2012-13.

La combinaison poudreuse de rêve et soleil – comme ici à Valfréjus, le 21 mars dernier – a été trop rare au cours de l’hiver 2017-18 © Martin Léger

Concernant la répartition selon les massifs, la progression de la fréquentation est spectaculaire surtout dans les massifs de moyenne altitude (Jura, Massif Central et Vosges, ces dernières progressant de 25 % par rapport à 2016-17 et de 28 % par rapport à la moyenne des quatre derniers hivers), quand la Savoie stagne, ou que l’Isère/ Drôme et les Alpes du Sud reculent de 1 % par rapport aux 4 derniers hivers (mais sont quand même en hausse de respectivement 7 % et 2 % par rapport à 2017-18). De même, le rebond de l’hiver 2017-18 a été bien plus marqué pour les petites stations (+ 15% par rapport à 2016-17 et de 9 % par rapport aux quatre derniers hivers) ou les stations moyennes (+ 11 % ; + 4 %) que dans les grandes stations (+ 6 % ; + 1 %) et les très grandes stations (- 1% ; – 1%).

© Martin Léger

Si l’enneigement abondant a ravi les skieurs chevronnés, il s’est aussi accompagné d’un déficit d’ensoleillement – 36,89 % de soleil en moins par rapport à la normale entre janvier et mars à Grenoble selon Météo-France ; 24,55 % en moins à Toulouse – aussi bien pendant les périodes de vacances que durant les week-end de janvier et de mars. Le calendrier des vacances scolaires a aussi impacté négativement la fréquentation. En particulier pendant les vacances de printemps (plus tardives qu’un an auparavant), avec comme conséquence une diminution de moitié de la fréquentation sur cette période par rapport à 2017, et ce en dépit des efforts des stations pour promouvoir le printemps du ski.
La hausse de rendement tarifaire (+ 2% cette année) permet malgré tout aux opérateurs de domaines skiables de supporter la hausse de leurs charges. Pour autant, les chantiers engagés sur l’immobilier de loisir et sur la conquête (voire reconquête) de clientèles doivent être poursuivis et amplifiés pour renouer avec une croissance de fréquentation et atteindre l’objectif de 60 millions de journées-skieur.

Photo de une : Si la fréquentation des domaines skiables a grimpé de 5,3 % par rapport à l’hiver 2016-17 au niveau national, elle est restée strictement identique en Savoie © Alban Pernet – Valloire Tourisme