Nouveauté phare du domaine skiable des Saisies pour l’hiver 2020, le télésiège débrayable de la Légette a été officiellement inauguré vendredi 10 janvier, en présence de nombreux élus. Il s’inscrit plus globalement dans une politique de redynamisation du quartier des Carrets, porte d’entrée de la station lorsqu’on arrive de Beaufort.

A peine quatre minutes de montée contre sept auparavant, des sièges six places (au lieu de sièges quatre places sur une ligne à pinces fixes) et surtout une gare de départ déplacée de l’autre côté de la route. Le nouveau télésiège débrayable de la Légette est la nouveauté majeure de l’hiver sur le domaine skiable des Saisies. Ce projet de 8,5 millions d’euros s’accompagne d’un réaménagement global du secteur des Carrets, avec la création de deux tunnels pour traverser les routes, d’une passerelle pour passer au-dessus d’un ruisseau, le reprofilage des parties basses des pistes et la création d’un télécorde pour accéder au télésiège des Carrets depuis le pied du télésiège de la Légette. « Cela permet une réorganisation des flux, et surtout un accès plus fluide vers l’Espace Diamant, en particulier pour les personnes logeant en centre station ou dans le secteur de la Forêt, qui peuvent gagner entre 20 et 30 minutes. On désengorge par ailleurs le télésiège débrayable du Chard du Beurre, l’autre remontée à partir de laquelle on chemine vers l’Espace Diamant au départ de la station », détaille Fabienne Roux, responsable communication de l’office du tourisme des Saisies.

Mireille Gioria (maire d’Hauteluce et présidente du Sivom des Saisies, en combinaison violette), entourée, de gauche à droite, de Vincent Rolland (député de Savoie et co-président de Savoie Mont-Blanc Tourisme), Jean-Noël Berthod (président de la SPL Domaines Skiables des Saisies), Annick Cressens (conseillère départementale de la Savoie) et Jean Souchal (président du directoire du groupe Poma) © Martin Léger

Comme l’a rappelé, à l’occasion de l’inauguration officielle, vendredi 10 janvier, Jean-Noël Berthod, président de la SPL Domaines Skiables des Saisies, « le pari était osé, dans la mesure où le chantier a dû être réalisé en à peine quatre mois et demi. Beaucoup pensaient que c’était irréalisable, ont crié au fou. C’est vrai que nous n’avons eu l’autorisation préfectorale d’ouverture que le 20 décembre, soit la veille de son premier jour de fonctionnement programmé, pour le début des vacances scolaires. Mais après vingt jours d’utilisation, on constate un passage équilibré entre ce télésiège et celui du Chard du Beurre, qui a culminé à 12 000 skieurs chacun lors de la plus grosse journée d’affluence des vacances de Noël ». La construction de cet appareil s’inscrit dans un contexte concurrentiel fort, où il est « important de rester dynamique. On se doit de toujours avancer, de réfléchir au bien-être de nos clients. C’est ce qu’a fait la station des Saisies, avec ce nouveau télésiège, pour améliorer le parcours client », a salué la conseillère départementale de la Savoie Annick Cressens.

La construction du nouveau télésiège de la Légette a aussi nécessité la création de deux tunnels pour faire passer les pistes de ski sous les routes © Martin Léger

Le député de la Savoie et co-président de Savoie Mont-Blanc Tourisme, Vincent Rolland, lui a emboîté le pas : « On veut nous faire croire que l’économie du ski est vieillissante, qu’elle est arrivée à maturité et se trouve sur la pente descendante. Certes, on ne créera plus de nouveaux domaines skiables, mais les chiffres montrent que l’attractivité des stations reste forte. Ce télésiège débrayable de la Légette est un modèle du type d’investissement à réaliser, car il permet au domaine skiable de se régénérer. » Ce dernier, également conseiller départemental du canton de Moûtiers, a aussi apprécié que « cet appareil soit multi-usages (ski/VTT) et multi-saisons (été / hiver). C’est clairement le modèle à suivre. » Le développement durable est aussi au centre des préoccupations de Poma, le constructeur de ce télésiège. Le président du directoire du groupe, Jean Souchal, a ainsi fait remarquer que ce nouveau télésiège de la Légette est « doté d’un moteur Direct Drive, qui consomme 7 % d’énergie en moins qu’un moteur classique. On a aussi enlevé les réducteurs de vitesse, qui consomment beaucoup d’huile, ce qui peut être dommageable pour l’environnement ».

Le nouveau bâtiment « Carrets 3 » abrite 16 logements réservés aux saisonniers du domaine skiable des Saisies © Martin Léger

Le secteur des Carrets n’a pas seulement changé de physionomie sur les pistes, mais aussi au niveau de l’immobilier. Un nouveau bâtiment  – « Carrets 3 » – est ainsi sorti de terre le 4 décembre, soit six mois après le début du chantier. D’un coût global de 1,38 millions d’euros, il a bénéficié de 400 000 euros de subventions de la région AURA, d’un prêt de 480 000 euros sur 30 ans à un taux très avantageux d’Action Logement, les 500 000 euros restant étant à la charge de la SEM. Il abrite 16 logements d’une vingtaine de mètres carrés chacun, avec pièce à vivre, chambre séparée, kitchenette et lave-linge. Le tout pour un loyer mensuel de 250 euros. L’un de ces logements est un appartement adapté pour les personnes à mobilité réduite. « Tous ces logements sont destinés aux saisonniers qui travaillent pour le domaine skiable. Cela porte à une quarantaine le nombre de logements dédiés aux saisonniers sur la station », indique Mireille Gioria, maire d’Hauteluce et présidente du Sivom des Saisies. Certes, cela peut paraître peu au regard des quelque 1000 saisonniers (tous secteurs d’activité confondus) qui travaillent aux Saisies.

L’intérieur d’un des 16 logements dédiés aux saisonniers dans le nouveau bâtiment « Carrets 3 » © Martin Léger

Mais la création de ces logements s’accompagne aussi de réflexion sur les transports, pour tous les saisonniers qui logent sur les communes voisines (Hauteluce, Queige, Villard-sur-Doron, Ugine, Albertville, Venthon, Crest-Voland…). Une étude a ainsi été menée au printemps 2019 pour la mise en place de navettes (il en existe déjà, gratuites, entre Hauteluce et les Saisies). En moyenne, les 71 saisonniers y ayant répondu seraient prêts à dépenser 105 euros par hiver pour ce service. « On a également lancé une étude sur du co-voiturage entre Albertville, le Val d’Arly et le Beaufortain. On espère la mise en place d’un système propre à ce territoire pour l’hiver 2021 », conclut Mireille Gioria.

Martin Léger

Photo de une : Le nouveau télésiège débrayable de la Légette ne met que 4 minutes pour acheminer les skieurs à son sommet, contre 7 auparavant © Martin Léger

- Advertisement -