Depuis 1973, EDF produit de l’électricité à partir des eaux de fonte du plus grand glacier de France sous lequel est installé l’un des aménagements hydrauliques les plus discrets de son parc. Avec le recul accéléré de la Mer de glace, cette production « verte » pourrait s’arrêter. EDF a donc entrepris début juin d’importants travaux pour adapter son installation, sans nuire au milieu naturel ni à l’activité touristique du site.

Qui parmi les randonneurs ou les voyageurs empruntant le célèbre train à crémaillère du Montenvers pourraient imaginer que sous la Mer de glace, se cache depuis 35 ans une vaste installation hydroélectrique ? Quelques rares initiés ! Envisagé avant la Seconde guerre mondiale, l’aménagement des Bois, mis en service en 1973, capte l’eau de fonte du plus grand glacier français à partir de laquelle sont produit ainsi quelque 115 millions de kwh par an. Soit l’équivalent de la consommation d’une ville comme Annecy ! Cette activité s’effectue en toute discrétion car, de la prise d’eau à la centrale, en passant par le transformateur et les ouvrages de transport d’électricité, tout est souterrain pour ne pas porter atteinte à la beauté du site classé du Mont-Blanc. Une intégration environnementale voulue dès le départ, mais que le recul accéléré du glacier compromet aujourd’hui.
En effet, selon les chercheurs du laboratoire de glaciologie et de géophysique de l’environnement de Grenoble(LGGE), le glacier de la Mer de glace perd chaque année 30 m de long et entre 4 et 6 m d’épaisseur. Depuis 1850, il aurait reculé de 150 m et perdu 110 m d’épaisseur. A ce rythme, le lieu de captage de l’eau par EDF, situé à 1500 m d’altitude sous plus de 100 m de glace au départ, sera bientôt à l’air libre et donc inutilisable. Le producteur d’électricité s’est mobilisé pour trouver des solutions permettant de pérenniser l’exploitation de cet ouvrage hydraulique quasi-unique au monde. Après des études, et en concertation avec la mairie de Chamonix et les services de l’Etat, EDF va déplacer sa prise d’eau, entre 600 et 1000 m en amont de l’actuelle. « Début juin, nous avons démarré les travaux permettant de localiser le futur point de captage», indique Frédéric Goulven, directeur des projets pour les aménagements hydrauliques de la Haute-Savoie chez EDF. «Cette localisation ne devrait pas intervenir avant 2009, voire 2010. Ensuite, seulement, nous pourrons entreprendre les travaux pour creuser la galerie de dérivation permanente, la mise en service du nouveau captage étant prévue pour 2011». Des travaux dont le coût est estimé par EDF à 20 millions d’euros et dont le chantier ne devrait pas impacter le milieu naturel, ni l’activité touristique de la Mer de glace, où chaque année 500 000 personnes se pressent. Les aménagements extérieurs nécessaires aux travaux seront installés dans des zones peu fréquentées du public et non visibles depuis les sites touristiques. EDF s’est engagé à les démonter aussitôt le chantier achevé.
Sophie Chanaron

©Médiathèque EDF-Johann Rousselot