Avec son tout nouveau Salon du véhicule électrique et de la mobilité durable, du 16 au 19 juillet, Val-d’Isère se veut la vitrine des déplacements électriques et de l’écomobilité. Vélos, motos et autres engins roulants sans émission s’exposent, mais surtout s’essayent sur les pentes avalines. Pour parcourir la montagne ou la rendre accessible à tous, avec un minimum d’impact.
 
Tournée la page du Salon du 4×4 à Val-d’Isère ! Cet été, les véhicules thermiques sont personna non grata dans la station de Haute-Tarentaise. Place aux véhicules électriques à qui elle déroule le tapis rouge, non pardon le tapis vert !  Val-d’Isère accueille en effet le premier salon généraliste du véhicule électrique et de la mobilité durable. Un événement dans l’air du temps et qui répond surtout à un véritable enjeu de société, l’écomobilité. Pour la station, dont les deux-tiers du territoire se trouvent au coeur du parc national de la Vanoise, c’est l’occasion de réaffirmer son engagement en faveur de l’environnement. Et le témoignage qu’elle entend préserver ce cadre exceptionnel, gage de son attractivité.

300 véhicules à l’essai !

« Ce salon, sans équivalent sur le marché, concentre non seulement les dernières innovations en matière de mobilités alternatives, mais il permet surtout de les essayer et c’est plutôt rare pour ce type de salon », se félicite Frédéric Cretin, son commissaire. Et de fait, les visiteurs vont pouvoir tester près de 300 véhicules in vivo. Des itinéraires seront balisés sur les chemins ruraux, notamment sur le fameux secteur de Bellevarde. Egalement accessibles, les 17 kilomètres de l’ascension menant au mythique col de l’Iseran, où paraît-il, Alain Prost rêverait d’organiser une épreuve de formule E, version électrique du championnat du monde de Formule 1.

Sur ces parcours pentus et en haute altitude, les performances des voitures, motos et autres vélos à assistance électrique seront mises à l’épreuve. Des tests de vérité en quelque sorte plébisictés par les constructeurs, sûrs de leurs machines ! Les plus importants du marché en quatre et deux roues n’ont pas voulu manquer le rendez-vous avalin dont ils attendent beaucoup.

Convaincre les sceptiques

« Le principal frein à la propulsion électrique c’est la méconnaissance », rappelle le commissaire du salon. Avec ces essais grandeur nature, les exposants espèrent faire tomber les idées reçues et convaincre les conducteurs encore sceptiques. Marc Bauer, maire de Val-d’Isère, faisait partie des automobilistes réservés à l’égard du 100% électrique. Jusqu’à ce que BMW, partenaire de la station, lui mette à disposition en mars dernier son modèle électrique. « Après 3 mois d’utilisation, je suis surpris en bien, notamment sur les performances de la voiture en montée et son comportement sur la neige », réservant toutefois son utilisation aux trajets intramuros ou dans un rayon de 50 km à la ronde, autonomie limitée oblige. Mais là encore, des progrès sont annoncés, qui pourraient lever un autre frein à l’essor des véhicules électriques. Plate-forme des dernières innovations des équipementiers, le salon devrait rassurer dans ce domaine, et qui sait, convaincre les plus enthousiastes à franchir le pas de l’électromobilité.
Sophie Chanaron

Entrée au salon gratuite. Le 16 juillet, journée réservée à la presse et aux professionnels. Du 17 au 19 juillet ouvert au grand public

photos ©Benoît Launay

- Advertisement -