In (side) out, c’est le nom de l’exposition temporaire présentée du 3 juillet au 16 octobre à la Maison des Arts des Versants d’Aime. Interview de Xavier Chevalier, le commissaire de cette exposition.

Actumontagne Tarentaise : Pouvez-vous nous présenter l’exposition « In(side) Out » ?
Xavier Chevalier : C’est une exposition conçue pour la Maison des Arts, à partir d’œuvres de la Fondation Claudine & Jean-Marc Salomon. Il s’agit d’un parcours initiatique à l’art contemporain, à travers des œuvres variées (peintures, photos, installations…). On veut faire pénétrer le spectateur dans une sorte de ville imaginaire, où c’est à lui et lui seul de trouver ses repères, de décider de son parcours.

Actumontagne Tarentaise : A quel public s’adresse cette exposition ?
Xavier Chevalier : A tous ! Notre but est vraiment de sensibiliser le grand public à l’art contemporain. Bien sûr, les connaisseurs pourront être happés par les œuvres d’artistes de renom (« Besançon » de Georges Rousse, « Le Caire » de Philippe Cognée ou encore « Anger Release Machine » de Yarisal & Kublitz), mais ce n’est pas le plus important. Nous souhaitons vraiment toucher tout le monde, y compris des enfants ou adolescents, d’autant que ce parcours entre les œuvres peut se révéler assez ludique. On veut surtout éviter que le non-initié pense que l’art contemporain est élitiste.

Actumontagne Tarentaise : Quelles interrogations espérez-vous susciter chez les spectateurs ?
Xavier Chevalier : Toutes les œuvres exposées ici nous questionnent sur notre relation à l’architecture. Quoi qu’on dise et quoi qu’on fasse, on est tous confronté, dans notre vie quotidienne, à un environnement qui se construit et se déconstruit, puisque l’homme est un bâtisseur. Mais nous n’appréhendons pas tous ce environnement de la même façon. A l’exception d’une jeune fille sur un vélo et d’un oiseau sur un banc public, il n’y a aucune présence vivante dans ces œuvres. C’est un parti-pris qui vise à transformer le spectateur en un explorateur, qui cherche son propre chemin et ses propres repères, sans être influencé par les autres.

Propos recueillis par Martin Léger

- Advertisement -