En station, il n’y a pas que les élèves des écoles de ski qui décrochent des étoiles. Pour preuve, la moisson 2006 du guide Michelin attribue un premier macaron à quelque cinq chefs alpins, dont le Savoyard Jean Sulpice, aux fourneaux de l’Oxalys à Val Thorens.

Débarqué il y a tout juste quatre ans à Val Thorens, station perchée à 2300 mètres, Jean Sulpice, décroche la plus haute étoile d’Europe ! Une récompense méritée pour ce chef de 27 ans, tombé dans la marmite tout petit et formé chez les plus grands : Marc Veyrat, Edouard Loubet ou Pierre Gagnaire font partie de ses mentors. Sa cuisine colorée et inventive, qui s’appuie sur les produits du terroir, a très vite été remarquée par les critiques gastronomes. Depuis deux ans, le Savoyard collectionne les distinctions : trois couverts au Michelin, 14,5/20 au guide Champérard, coup de cœur du bottin gourmand, trophée Pudlowdki Lalique… La route vers la piste aux étoiles était donc toute tracée. Aujourd’hui, le bouillonnant chef qui a à cœur de montrer que la cuisine savoyarde, c’est autre chose que les sempiternelles tartiflettes et fondue, vise maintenant le concours du meilleur ouvrier de France, avec la volonté de former les jeunes de demain.
S.C.

Les autres premiers étoilés en station
Stéphane Froidevaux de l’Antidote à Serre-Chevalier/Mônétier-les-Bains (05), Julien Machet du Farçon à La Tania (73), Alain Lamaison aux Barmes de l’Ours à Val d’Isère (73), David Vincent des Roches fleuries à Cordon (74).