A la veille du coup d’envoi des vacances de février/mars, Chamrousse Mountain Park a présenté officiellement ses nombreuses nouveautés de la saison 2015-2016. Une saison qui met les nerfs des opérateurs et des élus de la montagne, à vif, un peu partout dans les Alpes. Dans la station iséroise, la dynamique est lancée depuis un peu plus d’un an, donc pas question de se laisser gagner par la morosité ! D’autant que jusqu’ici, les services techniques ont su optimiser les fenêtres météo pour produire de la neige de culture, et le début de saison serait somme toute correct.

Comme ses consoeurs, la station de montagne iséroise compte sur la diversification de son offre pour doper son attractivité. « Vous êtes sur la bonne piste, car la concurrence est intense, pas seulement avec les autres stations de montagne étrangères, mais aussi avec les autres destinations touristiques, que sont les villes ou la mer « , a lancé à Philippe Cordon, maire de la commune et les socio-professionnels, Jean-Marc Silva, directeur de France Montagnes. « Il faut se diversifier. Nous sommes passés d’un modèle sportif, à un modèle de destination touristique de plaisir et de loisirs, et nous évoluons vers un art de vivre à la montagne, vers un espace de bien-être. Ici à Chamrousse, avec la métropole grenobloise toute proche et les thermes d’Uriage (Ndlr : voir la convention entre les trois), vous avez une destination en adéquation avec les attentes touristiques ».

Jean-Marc Silva "Il est indispensable de se diversifier"

La luge dans les starting-blocks
Cet hiver, le ski nocturne a donc été étendu, et en dépit de l’enneigement aléatoire, démarre bien. Chamrousse Mountain Park compte bien sûr sur sa nouvelle piste de luge pour attirer du monde, en journée mais aussi en soirée. Pour l’instant, les luges sont restées dans les starting-blocks. Mais à la régie des remontées mécaniques, Daniel Leyssieux a bon espoir qu’elle ouvre pendant les vacances, dès que la commission de sécurité a donné son feu vert.  

Ambiance Inuits à deux pas de Grenoble
Autre attraction prometteuse, le tout nouveau village d’igloos Black Sheep, dressé à la Croix de Chamrousse. Il a démarré avec un petit mois de retard, mais les deux associés à l’origine de sa création, Sylvain Fauth et Edouard Amouroux, conservent tout leur enthousiasme. Le Grand Nord à 30 minutes du centre de la capitale des Alpes est une promesse alléchante ! Fort de son expérience à La Plagne depuis 4 saisons, où un premier village d’igloos tourne à plein régime, le duo est confiant. D’ailleurs, le téléphone de Sylvain sonne sans interruption ! « A Chamrousse, en plus du repas seul le soir et du package repas et nuit en igloo, le village propose aussi un bar à fondue à midi, sur le principe du Do it yourself », indique Sylvain. Qui précise que la recette de fondue aux 5 fromages Black Sheep a été mise au point par un proche du célèbre fromager de Grenoble, Bernard Mure-Ravaud, champion du monde de sa catégorie.

Nouveau départ pour le restaurant de la Croix de Chamrousse

En matière de papilles, la station frappe fort avec la reprise du restaurant de La Croix de Chamrousse par la famille Aribert. Moyennant un réaménagement de l’établissement quasi-neuf mais peu pratique, Régis Aribert, père du chef doublement étoilé des Terrasses d’Uriage, Christophe, prend en main ce vaisseau posé à plus de 2000 mètres d’altitude, avec une vue à 180° sur l’agglomération grenobloise. Trois formules : un self service, un bar et un restaurant avec service à la place, dont la carte à terme va proposer les spécialités qui vaut à Régis Aribert, propriétaire jusqu’à cet hiver de la Buffe à Autrans, la notoriété : le gratin à la crème et le poulet aux évrevisses.

Avec une équipe chevronnée à l’oeuvre, Cédric Massiani comme manager et Adel Amaidi aux cuisines, les Aribert espèrent en faire un restaurant d’altitude courrue. Par les skieurs, mais aussi par la clientèle business pour ses déjeuners d’affaires, grâce à sa desserte par la télécabine. Même pas besoin de Moon Boots pour venir s’y attabler !

- Advertisement -