Véritable « Téléthon » néerlandais, la onzième édition de l’Alpe d’Huzes se déroulera jeudi 2 juin. Le but ? Effectuer le plus de montées de l’Alpe d’Huez à vélo (ou à pied), afin de récolter un maximum de dons reversés à la lutte contre le cancer.

84 km d’ascension, 126 lacets et 6700 mètres de dénivelé : c’est le défi gargantuesque proposé aux quelque 5000 Néerlandais qui participent à l’Alpe d’Huzes (« zes » signifiant « six » en flamand, d’où l’idée de réaliser six fois la mythique ascension de l’Alpe d’Huez dans la même journée). Le « ticket d’entrée » pour participer à cet événement sportif, festif et caritatif est de 2500 euros minimum par cycliste. Les plus sportifs réalisent seuls ces six ascensions, les autres pouvant le faire en équipe (en se relayant). L’objectif premier de cette manifestation reste de soutenir la lutte contre le cancer, les dons récoltés étant reversés à la KWF, fondation nationale et officielle aux Pays-Bas pour la lutte contre le cancer. Celle-ci œuvre pour la recherche autour du cancer et notamment dans le mieux vivre, avec plusieurs actions concrètes : diagnostic plus rapide, rééducation après un cancer, amélioration de la qualité de vie au niveau psychologique et social,etc. Depuis la première édition en 2006, l’Alpe d’Huzes a permis de récolter plus de 130 millions d’euros de dons.

© Laurent Salino / Alpe d’Huez Tourisme

Les premiers départs auront lieu à 4h30 de Bourg d’Oisans, avec des vagues de 1000 cyclistes qui s’élanceront toutes les dix minutes. Les dernières arrivées à l’Alpe d’Huez sont attendues vers 20h. Des bougies seront allumées et de grands portraits seront suspendus tout au long de la montée, en mémoire de personnes malades ou décédées du cancer. A noter aussi que les bénévoles sont aussi conviés à la fête, la veille (mercredi 1er juin). Ils escaladeront la montée de l’Alpe d’Huez entre 11h30 et 15h30.
Au-delà du bénéfice en termes d’image, l’accueil de cet événement caritatif est une véritable aubaine économique, puisque quelque 20 000 Néerlandais sont attendus dans l’Oisans pendant la semaine.

 

- Advertisement -